Modele bordereau d`envoi administratif maroc

En 2007, l`environnement économique est resté propice à la poursuite de la croissance de l`activité bancaire au Maroc après une très bonne année pour le secteur en 2006. En 2007, la croissance macroéconomique, à l`exclusion du secteur agricole, est restée assez solide, ce qui a fait la base d`une croissance dynamique des crédits bancaires. Le total des actifs du secteur bancaire a augmenté de 21,6% à 654,7 milliards MAD ($85,1 milliards), ce qui est supérieur au taux de croissance annuel élevé de 18,1% de l`année précédente. La structure du secteur national est restée stable au cours des deux dernières années, le paysage étant dominé par trois grandes banques locales. L`État a commencé à se retirer du secteur national en rendant une partie de son capital social dans les banques publiques. À la fin du 2007, le capital public détenait toujours des participations dans cinq banques et quatre sociétés de financement. Parallèlement, la participation étrangère dans le secteur financier local continue de croître, avec des institutions étrangères qui contrôlent cinq banques et huit sociétés de financement, ainsi que des participations significatives dans quatre banques et trois sociétés de financement. Les précipitations peu fiables sont un problème chronique qui produit des sécheresses ou des inondations soudaines. En 1995, la pire sécheresse du Maroc en 30 ans a contraint le Maroc à importer des céréales et a nui à l`économie. Une autre sécheresse s`est produite en 1997, dont une en 1999 – 2000. Les revenus réduits dus à la sécheresse ont entraîné un recul du PIB de 7,6% en 1995, de 2,3% en 1997 et de 1,5% en 1999.

Pendant les années entre la sécheresse, de bonnes pluies ont amené les récoltes de pare-chocs sur le marché. De bonnes précipitations en 2001 ont entraîné un taux de croissance du PIB de 5%. Les textiles constituent une industrie majeure au Maroc. L`Union européenne est le premier client du Maroc en matière de textile et de vêtements, avec la France qui importe 46% de bonneterie, 28,5% du textile de base et 27,6% des vêtements prêts à porter du Maroc, directeur général du centre marocain de développement des exportations souligné. 45. Rappelant que les exportations marocaines de textiles et de vêtements totalisaient quelque $3,7 milliards en 2007, Saad benabdallah a attribué cette performance aux nombreux atouts dont jouit le Maroc, à savoir la proximité géographique, la flexibilité, les compétences de sourcing et les multiples offertes par les accords de libre-échange avec l`Union européenne, les États-Unis et la Turquie. Jusqu`à présent, les décisions de politique budgétaire ont été essentiellement discrétionnaires, car il n`y a pas d`objectif explicite pour la politique budgétaire.

Comments are closed